Faire appel à l’expertise d’une agence spécialisée pour améliorer son ROI sur Google Shopping

ROI sur Google Shopping

Une campagne sur Google Shopping vous permet de diffuser des annonces avec l’image du produit, le prix, le nom du marchand, les frais de livraison et l’évaluation du produit. L’incroyable efficacité de Google Shopping réside dans ses annonces, qui sont simples et immédiates. Les photos de produits sont la partie la plus importante de l’onglet et pourraient être la façon dont les acheteurs choisissent le produit sur lequel ils cliqueront et qu’ils achèteront. L’intérêt de Google est d’offrir une excellente expérience d’achat aux consommateurs : si les images sont de mauvaise qualité, la publication souffrira d’un score d’optimisation inférieur et, par conséquent, de moins de clics ; en fait, un programme d’amélioration automatique des images est mis à disposition. Toutes les activités qui vendent en ligne par le biais d’un site de commerce électronique peuvent profiter de son potentiel. En effet, grâce à la position dans laquelle les annonces apparaissent (en haut de la page de recherche) et au coût par clic, moins élevé que l’annonce de recherche moyenne, il s’agit d’un outil fondamental pour augmenter les ventes et la rentabilité de leurs campagnes Google ADS.

La mise en place, la maintenance et l’amélioration d’une campagne Google shopping sont-elles faciles ?

Personne n’a de recette universelle pour réussir, vous pouvez faire appel aux services d’une agence Google shopping compétent qui peut vous aider à atteindre certains objectifs de vente. Les campagnes Google Shopping sont étroitement liées au bon paramétrage de Google Merchant Center, l’outil conçu pour gérer les flux de produits. Un flux est un fichier composé d’une liste de produits qui utilisent des groupements d’attributs (Nom, Description, Prix, etc.) qui définissent chacun des produits de manière unique. Dans le Google Merchant Center, vous trouverez des outils permettant d’analyser les éventuels problèmes liés aux flux, par exemple la non-publication d’un produit ou l’absence de certaines données dans le flux. Mais ce n’est pas tout, de nombreux outils sont mis à disposition (qui ne sont souvent débloqués qu’après un certain nombre de ventes ou d’optimisations) pour explorer les programmes de croissance et de performance des produits et des concurrents.

La clé de Google Shopping est le flux de produits

Travailler sur les flux est la base de toute stratégie Google Shopping réussie ; si les données sont erronées, cela causera des problèmes là où cela fait le plus mal : dans le portefeuille ! Une fois que le flux de produits est correctement créé, la façon la plus courante de le charger est de lier le fichier XML (d’autres formats peuvent également être utilisés) à Google Merchant Center. Ce dernier est lu périodiquement par Google, pour obtenir toutes les informations détaillées sur les produits : titre, prix, description, image, expédition, quantité, etc. Google Shopping, en particulier, se prête bien à un type spécifique de raffinement que l’on ne trouve pas ailleurs dans AdWords. Une fois que vous avez mis toute votre liste dans Shopping et alloué un bon budget quotidien, vous ne pensez pas que le travail difficile est terminé, n’est-ce pas ? Voici comment vous pouvez augmenter le rendement de vos campagnes !

Retour sur investissement (ROI)

La première chose à laquelle il faut penser en ce qui concerne les campagnes de shopping, c’est le retour sur investissement. Quel retour vos produits peuvent-ils avoir lorsqu’ils sont présentés à l’utilisateur ? L’essence d’une campagne Shopping est de faire correspondre la liste entière d’un e-commerce, alors que des recherches de produits spécifiques méritent une réponse tout aussi précise. Si vous cherchez « chaussure rouge avec talon », vous trouverez dans la liste un nombre infini de modèles de chaussures rouges pour femme avec talon. Si vous associez à cette recherche le nom d’une marque, la liste sera réduite à tous ceux (marques et leurs partenaires) qui possèdent un produit qui vous intéresse. À ce stade, vous pouvez choisir de ne pas acheter le produit sur le site officiel, mais de vous rendre chez un partenaire que vous jugez meilleur pour effectuer l’achat. Ainsi, quiconque conçoit une campagne dans Google Shopping doit nécessairement tenir compte des conditions qui peuvent affecter les performances de ses produits par rapport à celles de ses concurrents potentiels.

– Produits non vendus exclusivement sur votre site ;

– Produits dont les prix ne sont pas actuellement compétitifs ;

– Produits dont l’expédition n’est pas gratuite ou dont la prise est trop élevée. Lorsque les clients recherchent un produit spécifique, ils sont tentés par des aspects plutôt basiques, tels que :

– Fiabilité du vendeur ;

– Prix ;

– Expédition (prix et délais) ;

– Toute promotion en cours. Se contenter de verser la liste complète de votre e-commerce dans Google Shopping, sans vraiment considérer l’expérience que vit votre client par rapport aux aspects mentionnés ci-dessus est fortement limitatif.

Lister

À ce stade, il y a deux voies disponibles :

– Lier en amont, directement dans le flux de produits, les produits disponibles en ne proposant que ceux qui ont le meilleur retour sur investissement ;

– Restreindre en aval, directement dans AdWords, votre campagne Shopping, en travaillant sur les groupes de produits.

Il n’y a pas de meilleure façon de procéder qu’une autre et tout dépend du contexte dans lequel vous travaillez. Dans certains projets et avec certains types d’e-commerce très verticaux, restreindre le flux de produits aux seuls produits phares, ou à ceux déjà destinés à des campagnes payantes, est assez simple et ne nécessite pas beaucoup de maintenance : si le produit est là, cela signifie qu’il en vaut la peine et que vous y avez déjà beaucoup pensé. L’alternative est toujours disponible directement dans AdWords, grâce aux particularités même des campagnes Shopping. Vous pouvez créer, comme dans toute autre campagne, plusieurs groupes d’annonces. La différence est que chaque groupe d’annonces peut subdiviser le flux initial en fonction d’un certain nombre d’attributs (par exemple, la marque ou le type de produit) et offrir un CPC (Coût Par Clic) maximal différent. Si vous n’aimez pas la création de plusieurs groupes d’annonces, vous pouvez, au sein d’un même groupe, subdiviser les produits en plusieurs sous-ensembles, en attribuant un CPC maximum différent à chacun d’eux. De cette façon, en divisant et en éclairant des ensembles spécifiques de produits, vous vous assurez de ne donner la bonne exposition qu’à ce qui mérite l’attention de l’utilisateur.

Segmenter les produits

Parmi les deux possibilités, il est préférable de diviser les produits au sein d’un groupe d’annonces dans vos campagnes d’achat. Cela vous permet de penser à un flux unique de produits dont vous interprétez les performances dans le temps et de mettre en évidence les meilleurs produits en fonction de la réponse de la cible. La segmentation d’un groupe de produits est simple :

– Dans le groupe de produits de votre campagne, assurez-vous d’aller dans l’onglet principal « Groupes de produits » ;

– Dans le tableau, vous aurez une entrée « Tous les produits » avec un petit symbole « + » à côté ;

– En cliquant sur le symbole « + », vous ouvrirez une fenêtre superposée dans laquelle vous pourrez trier les produits par marque, par numéro d’article, etc. À ce stade, vous pouvez choisir par exemple « l’ID d’article » et organiser dans le petit tableau les résultats par clic, CTR ou impressions, en choisissant d’ajouter à votre nouvelle liste uniquement les ID des produits les plus performants. Vous pouvez ensuite choisir séparément le CPC maximum à appliquer à chacun de ces éléments (maintenant séparés du reste) une fois que vous fermez la fenêtre. Une campagne dans Google Shopping n’a pas besoin d’un budget incroyable pour être efficace, mais elle doit montrer des produits qui stimulent réellement le client potentiel. Le conseil est de procéder par petites étapes. Identifier ces produits est autant la tâche de ceux qui vendent, en regardant les résultats globaux des ventes (mois après mois, année après année), que de ceux qui font de la promotion, en segmentant progressivement la liste dans Google Shopping en davantage de listes de produits performants.